Un ange, deux spectacles.

L’Ange pas sage s’adresse aux petits, à partir de six ans.
Passage de l’ange s’adresse aux grands, à partir de quinze ans. 


Un ange est le héros de ces deux spectacles.
Un ange tombé sur terre. Accident de circulation ?
Un ange en mission, mais quelle mission ?
Un ange de passage et peu sage.

Deux spectacles, deux façons différentes de faire l’ange, de jouer avec les images qu’il charrie chez les petits et chez les grands.
L’ange, messager ou gardien, presque divin et si humain, créature ailée au corps diaphane, aérien, être tout genre féminin et masculin, figure d’enfance ou d’immortalité, membre d’une invisible cohorte qui s’active autour de nous…
Le corps de l’ange, c’est à la fois un nid à fantasmes et une source de gags. Les ailes de l’ange, c’est la marque d’une existence supérieure, ou un parfait déguisement pour super-fée. La chute de l’ange, on y verra l’ingrédient premier du métier de clown, ou le point de départ d’une histoire du Mal. Le rôle de l’ange, c’est d’apporter des messages, et parmi ces messages les plus connus, on trouve une promesse d’enfant comme la tarte à la crème…
Et bon, en ces temps où l’on ne croule pas sous les bonnes nouvelles, savoir qu’un ange est là pour nous annoncer que « ça va aller », ce serait dommage de ne pas en profiter (mais ça il ne faut pas le dire, l’ange pour le moment a oublié le message).


Passage de l’ange / L’Ange pas sage
Chaque spectacle a sa vie propre, chacun se suffit à lui-même. Mais ils sont faits de la même pâte, ils ont mijoté dans la même marmite, alors quand on les rassemble, ils vibrent et se font écho l’un l’autre, comme en miroir, libérant des harmoniques, révélant ce qu’il y a d’enfantin dans les histoires de grands et de métaphysique dans les histoires d’enfants.

Alors…
On trouve régulièrement des grands jaloux spectateurs clandestins de L’Ange pas Sage… On retrouve régulièrement des petits venus se glisser en cachette pour assister au Passage de l’Ange


Ivan Grinberg,
Janvier 2021