C’est l’histoire du chevalier de Fier-Alur mystérieusement transformé en cochon alors qu’il s’apprêtait à voler au secours de la princesse Aurore, prisonnière du dragon. Accablé de tristesse, il se retrouve tout emmêlé avec un âne, un lapin et le roi…
 
Pour se libérer de ce sortilège, Fier-Alur fait appel à la fée Désastres sa marraine, qui n’ignore rien des puissances magiques mais n’en contrôle pas toujours les effets. Elle seule peut lui permettre d’accomplir sa mission. Mais d’autres épreuves attendent le chevalier…
AbrakadubrA puise à des sources d’inspiration multiples, qu’elles soient picturales ou littéraires. Images anciennes, anonymes ou signées de Bosch, plus récentes comme les portraits « piégés » d’Archimbaldo ou contemporaines comme ces créatures mêlées de Duane Hosein, elles font écho à l’instabilité des êtres.
 
Le merveilleux médiéval n’est jamais loin, s’incarnant dans les bestiaires fantastiques, les forêts peuplées d’esprits et de héros, le roman courtois ou chevaleresque. Les récits incandescents de Chrétien de Troyes, le Chevalier au lion, Erec et Enide, nous ont portés et encouragés à laisser les résonnances secrètes qui règlent le cours des choses conduire notre histoire. Rien n’y est interdit, tant que le héros poursuit dans la mesure de ses forces, le but qu’il s’est fixé par amour ou bravoure. Ici, l’imaginaire et le réel, loin de s’opposer comme deux mondes antagonistes, se nourrissent l’un de l’autre.
 
Fier-Alur est un cousin lointain de ces chevaliers invincibles et pourtant si fragiles, la princesse Aurore une héroïne chasseresse qui ressemble bien peu aux pâles figures de jeunes filles attendant sagement un mari à servir…